Vins suisses

En 2015, 2016 et 2017, les viticulteurs suisses ont ré­colté nettement moins de raisins que la moyenne des dernières années en raison du mauvais temps et des parasites. Par conséquent, ils ont pressé moins de rai­sins et les vins locaux se sont peu à peu raréfiés. Grâce aux importantes récoltes de 2018 et 2019, la situation s’est heureusement normalisée et il y a à nouveau suf­fisamment de bons vins suisses sur le marché.

Ces dernières années, les caves suisses ont investi beaucoup de travail dans la qualité de leurs raisins et de leurs crus. C’est pourquoi nos vins locaux peuvent désormais rivaliser avec les meilleurs vins étrangers. La preuve en est les nombreuses distinctions qu’ils remportent lors de concours en Suisse comme à l’étranger et qu’ils reçoivent de médias spécialisés de renom.

Nous vous invitons cordialement à (re-)découvrir nos vins locaux. Outre les classiques du lac Léman, du Va­lais ou du Tessin, nous vous présentons des spécialités passionnantes comme par exemple La Tour de Châta Mont-sur-Rolle.

Au fait, vous trouverez près de 90 vins suisses dans nos succursales et dans notre boutique en ligne.


Vins valaisans

Vins valaisans

Près d’un tiers du vignoble suisse, soit exactement 4850 hectares, se trouve en Va­lais. La diversité des cépages dans le plus grand canton viticole est unique. Deux cin­quièmes des parcelles sont plantés de cépages blancs et trois cinquièmes de cépages rouges. Les variétés les plus couramment cultivées sont le chasselas, le johannisberg (silvaner ou rhin) et la petite arvine. En Valais, le Chasselas est appelé Fendant et est probablement encore le vin blanc suisse le plus connu.

Les cépages rouges sont dominés par le pinot noir et le gamay, qui sont vinifiés indi­viduellement ou combinés dans le vin rouge valaisan le plus populaire, la Dôle, pour former un assemblage noble. Cet assemblage est également disponible en rosé et porte alors le nom de Dôle Blanche. Grâce au climat favorable, presque tous les types de raisins prospèrent en Valais. En raison des différentes conditions climatiques, des altitudes variées et des vignobles en terrasses, les conditions sont idéales pour que les raisins gorgés de soleil mûrissent parfaitement.

De nombreux cépages autochtones ne poussant quasiment nulle part ailleurs pros­pèrent en Valais. C’est le cas de la petite arvine, de l’humagne blanc ou encore de l’humagne rouge. Leurs superficies cultivées sont en constante augmentation.


Appellations de Vaud

Appellations de Vaud

Dans le canton de Vaud, 3775 hectares sont cultivés, dont les deux tiers avec des cépages blancs. Le chasselas est ici pré­dominant. Pour les cépages rouges, le pinot noir domine, comme presque par­tout ailleurs. Les superficies sur lesquelles sont cultivées des variétés plus récentes, comme le gamaret ou le garanoir, augmen­tent d’année en année.

Dans la plus grande région de culture du canton de Vaud, La Côte, les vignes couvrent plus de 2000 hectares. Les vins blancs frais et acidulés des communes vi­ticoles réputées comme Luins, Féchy ou Morges sont aussi bons à l’apéritif qu’avec du poisson.

Les terrasses viticoles de Lavaux, classées au patrimoine mondial de l’Unesco, sont principalement plantées de chasselas. Les vignes étant très escarpées, beaucoup de travaux doivent être faits à la main. En revanche, les raisins des coteaux abrupts sont davantage baignés par le soleil et produisent des vins un peu plus corsés et plus puissants, qui s’harmonisent merveil­leusement avec la viande blanche ou les légumes.

Dans la troisième plus grande région, le Chablais, les vignes s’étendent sur près de 600 hectares. Sur les coteaux surplom­bant Yvorne, Aigle et Ollon, les raisins prospèrent pour donner des vins de carac­tère, qui conviennent aussi bien à l’apéritif qu’avec de la fondue ou de la raclette.

Idée d’excursion: une exposition au Châ­teau d’Aigle retrace l’histoire de la viti­culture, avec notamment une collection unique d’étiquettes.